C'est certainement l'accident le plus fréquent en plongée sous-marine. Il survient à la descente essentiellement mais peut aussi survenir à la remontée.

RAPPEL

L'oreille moyenne est une petite cavité contenant de l'air, communiquant avec le reste des voies aériennes par la trompe d'Eustache : petit conduit souple fait de cartilage et tapissé de muqueuse. Au repos, cette trompe est en position de fermeture. L'ouverture de la trompe dans le sens oreille -> pharynx se fait naturellement lorsque la pression augmente dans l'oreille moyenne.

En revanche, en sens inverse, elle s'ouvre au cours d'actes comme la déglutition, le bâillement ou la mobilisation de la mâchoire vers l'avant. L'air ne fait pas naturellement le trajet pharynx -> oreille. La pression dans l'oreille moyenne peut être équilibrée s'il y a ouverture de la trompe d'Eustache.

MÉCANISME

A LA DESCENTE

Si la trompe d'Eustache s'ouvre grâce à une technique d'équilibrage, le tympan ne souffre pas ; la descente s'effectue normalement. Si l'air à la pression ambiante ne pénètre dans l'oreille moyenne par la trompe d'Eustache, il y a déséquilibre des pressions. Le tympan qui subit une déformation proportionnelle à la différence de pression peut se déchirer, créant un dommage à la chaîne des osselets et éventuellement à l'oreille interne.

A LA REMONTÉE

La pression ambiante baisse et l'air contenu dans l'oreille moyenne doit s'échapper par la trompe d'Eustache. S'il y a obstruction, le tympan peut se déformer avec risque d'atteinte des organes de l'audition. Le vertige est dit alterno-barique si l'obstruction de la trompe d'Eustache est unilatéral. Cette obstruction peut gêner l'équipression entre l'oreille moyenne et les voies aériennes. Lors d'une telle circonstance, à la remontée, la pression à l'intérieur de l'oreille moyenne gauche et la pression de l'oreille moyenne droite sont différentes de manière significative, cette asymétrie est reconnue anormale par les centres nerveux. Ce dérèglement de sensation produit le vertige alterno-barique.

Les obstacles aux mouvements de l'air peuvent être :

  • l’inflammation de la muqueuse nasale obstruant l'orifice de la trompe d'Eustache
  • l'inflammation de la trompe d'Eustache
  • un polype obstruant l'orifice de la trompe d'Eustache
  • un cas particulier : obstacle dans le conduit auditif externe tel que bouchon de cérumen ou boule Quiès. L'accident survient alors à la descente. De l'air à la pression atmosphérique se trouve emprisonné entre l'obstacle et le tympan. Lorsque le plongeur équilibre, c'est-à-dire lorsque de l'air à la pression ambiante pénètre dans l'oreille moyenne, le tympan se déforme vers l'extérieur, la douleur survient.

SYMPTÔMES

  • lors de la descente, sensation d'une oreille "qui ne passe pas"
  • la douleur apparaît entre 1m et 6m de profondeur. Elle peut être intense avec la rupture du tympan.
  • l'irruption d'eau froide dans l'oreille moyenne et le délabrement de la chaîne des osselets réagissent sur l'oreille interne et peuvent provoquer des vertiges, des bourdonnements d'oreille, des nausées, des vomissement et une surdité.

TRAITEMENT

DANS L'EAU

  • cesser la descente ou la remontée et se placer à la profondeur où les symptômes disparaissent
  • se moucher
  • remonter et interrompre la plongée si les symptômes subsistent

HORS DE L'EAU

  • consulter un médecin ou un ORL
  • s'abstenir de plongée jusqu'au rétablissement

PRÉVENTION

Elle est simple mais peut devenir risquée si elle est mal appliquée. Elle consiste à utiliser une méthode d'équilibrage de l'air de part et d'autre du tympan.

DÉGLUTITION

C'est la méthode la plus simple. Elle consiste à simuler une déglutition. Elle ne présente aucun danger sauf chez un sujet aérophagique

MÉTHODE DE VALSALVA

Elle consiste à simuler une expiration par le nez, nez pincé et bouche fermée. C'est la plus connue et la plus simple à utiliser. Elle ne s'utilise qu'à la descente. Cette méthode provoque une hyperpression dans l'ensemble des voies respiratoires.

D'autres méthodes existent : la méthode de Frenzel, la méthode de Toybee, la Béance Tubulaire Volontaire.

ATTENTION

  • si une oreille ne "passe pas" à la descente, ne pas insister. Remonter à équipression et redescendre doucement. Plus on forcera, moins elle passera. De plus, l'autre oreille subit des hyperpressions à chaque nouvelle tentative (Valsalva)
  • jamais de boule Quiès, pas de cagoule trop serrée
  • éviter les plongées "yoyo" qui sollicitent beaucoup les oreilles (remontées assistées à répétition en formation)
  • attention à l'accoutumance du plongeur à la douleur : des barotraumatismes dont il ne se rend plus compte entraîneraient à distance une otite barotraumatique chronique

 

[Retour vers le menu des barotraumatismes]