PLONGEUR NIVEAU 2

OPEN-WATER DIVER FSGT PA20 & PE40

Image
Réglementation

  • Prérogatives
  • Obligations
Image
Physique
  • Pressions & volumes
  • Calculs de consommation
  • Flottabilité & Archimède
  • Saturation
Image
Accidents de plongée
  • Barotraumatismes
  • Accidents biochimiques
  • La noyade
  • Accidents de décompression
Image
Modèles de décompression
  • Tables (MN 90)
  • Ordinateurs

RÉGLEMENTATION

LES PRÉROGATIVES

PLONGEUR NIVEAU 2

  • PA 20 : Plongeur Autonome à 20m -> sous la responsabilité du Directeur de Plongée (DP)
  • PE 40 : Plongeur Encadré à 40m -> sous la responsabilité du moniteur -> sous la responsabilité du Directeur de Plongée (DP)

LES OBLIGATIONS

LE PLONGEUR AUTONOME

  • Etre majeur

LE MATÉRIEL

  • Un manomètre
  • Un ordinateur si > 20m ou si plongée en autonomie (ou autre moyen de décompression)
  • Une 2e source d'air (octopus) si > 20m ou si plongée en autonomie

LA PALANQUÉE D'AUTONOMES

  • 2 à 3 plongeurs maximum
  • Une palanquée
    • Même trajet
    • Même profondeur
    • Même durée

LE MATÉRIEL

  • Un parachute de palier

LA RELATION AVEC LE DP

  • Feuille de sécurité
  • Plan de secours

FACULTATIF

  • Masque
  • Palmes
  • Combinaison
  • Compas
  • Couteau
  • Lampe
  • Flash-light
  • Sifflet de surface
  • Parachute
  • ...
  • Identification de chaque plongeur
  • Certificat médical
  • Licence annuelle
  • Carnet de plongée
  • Cartes de niveaux / aptitudes

PHYSIQUE

PRESSION & VOLUMES

QUELQUES NOTIONS DE PRESSION

  • Les gaz sont compressibles.
  • L’immersion influence les volumes aériens de l’organisme du plongeur.
  • Ceci est provoqué par les variations de pression à la descente et à la remontée.
  • Pression atmosphérique (Patm) : poids d’une colonne d’air d’1cm² au niveau de la mer.
  • Pression hydrostatique ou relative (Prel) : pression liée au poids de l’eau. Une colonne d’eau de 10m/1cm² pèse 1kg. Cette pression augmente de 1 bar tous les 10 mètres.
  • Pression absolue (Pabs) : pression atmosphérique + pression hydrostatique
QUELQUES NOTIONS DE VOLUMES

Loi de Mariotte : Pression (P) x Volume (V) = Constante (C)



APPLICATIONS A LA PLONGEE

  • Pour le plongeur en bouteille : lors de la descente, le volume pulmonaire ne varie pas mais la pression à l'intérieur des poumons augmente et est égale à la pression ambiante ; d'où l'augmentation de la consommation d'air.
  • Conséquence : à la remontée, l'air contenu dans les poumons va se dilater en cas de blocage total ou partiel de son évacuation. Il ne faut donc pas retenir sa respiration à la remontée !
Mariotte

CALCUL DE CONSOMMATION

LE CALCUL EST UTILE POUR PREVOIR SON TEMPS DE PLONGEE 

  • J'ai un bloc de 15 litres
  • Il est gonflé à 200 bars
  • Il contient 15 x 200 = 3.000 litres d'air

Dans son briefing, le DP a demandé de sortir de l'eau avec 50 bars : 

  • Ma quantité d'air disponible devient :
  • J'ai un bloc de 15 litres
  • J'utiliserai 150 bars
  • mon air disponible sera : 15 x 150 = 2.250 litres d'air

Je ferai une plongée à 20 mètres de profondeur : 

  • La pression absolue sera de 3 bars

Ma consommation moyenne est de 20 litres par minute : 

  • Je vais consommer 20 litres x 3 bars = 60 litres

Ma plongée à 20 mètres de profondeur va durer : 

  • 2.250 / 60 = 37,5 minutes
Image

FLOTTABILITÉ & POUSSÉE D’ARCHIMÈDE

INTRODUCTION

  • Sur terre, notre corps est soumis à une force qui nous attire vers le centre de la terre. Cette force est la gravité (ou le poids).
  • Dans l'eau, notre corps est soumis à une force supplémentaire qui est de sens contraire : Cette force est la Poussée d'Archimède.

Lors d'une plongée, notre corps subit ces 2 forces opposées : 

  • Le poids réel (Préel) qui dépend de notre masse et qui aura tendance à nous tirer vers le fond.
  • La poussée d'Archimède (Pa) qui dépend de notre volume et qui aura tendance à nous fire remonter vers la surface.
  • La résultante de ces forces détermine le poids apparent (Papp)
  • Poids apparent = Poids réel - Poussée d'Archimède.

Conséquences : 

  • Si notre poids est supérieur à la poussée d'Archimède (Papp > 0) alors nous coulons.
  • Si notre poids est inférieur à la poussée d'Archimède (Papp < 0) alors nous remontons.
  • Si notre poids est égal à la poussée d'Archimède (Papp = 0) alors nous sommes en équilibre.

 

Image

Exercice d'application (rappel : 1 L d’eau = 1 dm3 = 1 kg (le volume s'exprime en dm3) :

Un plongeur pèse 80 kg et possède un volume de 85 dm3

  • Quel est son poids apparent ?
  • Pour obtenir un poids apparent nul en immersion, quelle modification doit-il apporter à son lestage ? 

Réponse

  • 85 dm3 = 85 litres = 85 kg
  • Papp = Préel – Poussée d’Archimède Papp = 80 kg – 85 kg = - 5 kg
  • Le Poids apparent est de signe négatif, donc la flottabilité est positive, donc le plongeur flotte.
  • Pour obtenir un poids apparent nul, c'est-à-dire Préel = Poussée d’Archimède, il lui faut rajouter 5 kg de lestage à la Poussée d’Archimède = 85 kg Poids réel = 80 kg + 5 kg de lestage.

LA SATURATION

ACCIDENTS DE PLONGÉE

LES BAROTRAUMATISMES

Les barotraumatismes sont des accidents d'ordre mécanique, directement liés aux effets de la pression sur les volumes gazeux.
  • Le corps humain est constitué de solides (les os), de liquides (sang, tissus), et de cavités remplies de gaz (oreilles, sinus, tube digestif, poumons).
  • Alors que les solides et les liquides sont pratiquement incompressibles, les gaz suivent la loi de Mariotte, c'est-à-dire qu'ils se compriment quand le plongeur descend et se détendent quand il remonte. 
  • Les variations de volumes des gaz contenus dans différentes parties de notre organisme, dont la communication avec l'extérieur n'est pas assurée correctement sont à l'origine des barotraumatismes.
Image

LES ACCIDENTS BIOCHIMIQUES

Le plongeur, en immersion, respire de l'air comprimé. Dans certains cas, le plongeur peut subir une intoxication à l'un des gaz qui entrent dans la composition de l'air.

  • Les accidents présentés dans cette section correspondent aux accidents pour lesquels le plongeur niveau 2 est susceptible d'être exposé de par ses prérogatives : PA20 et PE40.
  • Pour rappel, l'air est un mélange de gaz composé de 20% d'oxygène et 80% d'azote (on arrondit et on ne parle pas des gaz rares).

L'essoufflement : intoxication au CO²

La ventilation permet de renouveler l’air alvéolaire afin d’apporter à l’organisme de l’O² et d’extraire le CO². Bien ventiler est essentiel.

En fonctionnant, notre corps produit du CO², lequel est évacué lors de l’expiration. Toutefois si nous en produisons trop sans pouvoir l’expirer, ou si nous en inspirons, nous allons être en essoufflement.

L'essoufflement est du à la toxicité du dioxyde de carbone CO². C'est un accident assez répandu qui intervient généralement à la suite d'un effort en plongée. C'est aussi un facteur aggravant de la narcose et de l'accident de décompression.
Le cercle vicieux de l’essoufflement

L’effort nécessite un apport accru d’oxygène à l’organisme qui en contrepartie rejette une plus grande quantité de CO². Tant que la production de CO² reste dans des limites raisonnables, l'expiration peut continuer à se faire normalement, et la ventilation, plus ample et plus rapide qu’au repos, s'adapte automatiquement et efficacement à l'effort.

Dans le cas d'un effort intense, la production de CO² est importante. Il se produit alors une dérégulation de la respiration qui ne fait qu’aggraver le processus. En effet, lorsque le CO² atteint un certain taux dans l'organisme, le réflexe inspiratoire est stimulé. Les inspirations deviennent très rapides et superficielles, et les expirations très courtes donc inefficaces. Le CO² produit par l'organisme est mal éliminé. Le phénomène est cumulatif : c’est le cercle vicieux de l'essoufflement. Si le plongeur n’est pas rapidement assisté, il peut se produire un accident.
Image
Image

La narcose : intoxication au N²

La Narcose est un accident qui est provoqué par la toxicité de l'Azote.
Elle n'intervient pas de manière constante. En général elle se manifeste à partir des 30m.
C'est une altération de nos influx nerveux qui perturbe notre capacité de raisonnement et de concentration.
L'azote, en trop grande quantité a un effet sur les cellules nerveuses et modifie les signes nerveux.
Image

LA NOYADE

C'est une insuffisance respiratoire qui résulte de la submersion des voies aériennes. L’irruption d’eau dans les voies aériennes entraîne une privation d’oxygène, en particulier, au niveau du cerveau et du cœur. En l’absence de traitement, elle entraîne rapidement la mort.

Afin de minimiser les risques, il faut :
  • Avoir une bonne condition physique
  • Prendre soin de son matériel
  • Bien gérer ses paramètres de plongée
Image

LES ACCIDENTS DE DÉCOMPRESSION

MODÈLES DE DÉCOMPRESSION

LES TABLES MN 90 : UN MODÈLE DE DÉCOMPRESSION

LES ORDINATEURS DE PLONGÉE

Commentez et partagez cette page